Halliburton : et Optime Subsea forment une alliance mondiale

Il y a 2 jours 7

Les deux entreprises commercialiseront et déploieront conjointement des solutions d’intervention et de contrôle sous-marins, innovantes et efficientes

Halliburton Company (NYSE : HAL) et Optime Subsea ont annoncé aujourd’hui la formation d’une alliance stratégique mondiale consistant à intégrer le système de contrôle télécommandé (Remotely Operated Controls System, ROCS) innovant d’Optime aux services de train de tiges de complétion, de Halliburton. En outre, les deux entreprises collaboreront et proposeront des services d’intervention et des systèmes de contrôle de reconditionnement, en tirant parti de la technologie Subsea Controls and Intervention Light System (SCILS) d’Optime, système numérique à distance qui complète les compétences d’experts, de Halliburton dans le domaine des interventions sous-marines.

L’alliance favorisera des contrôles sous-marins et des opérations sans cordon ombilical, dans le cadre des complétions et interventions en eaux profondes, assurant ainsi des efficiences opérationnelles accrues, tout en minimisant les risques en matière de sécurité grâce à une empreinte offshore inférieure. Halliburton proposera les technologies innovantes d’Optime en tant que service dans son portefeuille mondial.

« Nous sommes ravis de travailler aux côtés d’Optime et de mettre à profit ses technologies au sein de nos solutions d’intervention et de complétion sous-marines, existantes », a déclaré Daniel Casale, vice-président des Tests et des opérations sous-marines. « Notre alliance fait progresser les capacités à distance et offre une solution efficiente en termes de capital, en permettant à nos clients de réduire leurs risques en matière de sécurité, leur empreinte opérationnelle, ainsi que leurs délais de configuration et d’exécution. »

« Nous sommes persuadés que les alliances mutuelles solides au sein de la chaîne d’approvisionnement verticale permettent de promouvoir les améliorations continues nécessaires à notre industrie », a souligné pour sa part Jan-Fredrik Carlsen, PDG d’Optime Subsea. « En renforçant cette relation avec Halliburton et en combinant ses capacités avérées de service et de technologie, particulièrement réputées, avec la technologie innovante de contrôle et d’intervention, d’Optime, un plus grand nombre de clients auront accès à ces solutions sous-marines rentables. »

À propos de Halliburton

Créé en 1919, Halliburton est l’un des plus grands fournisseurs de produits et services destinés au secteur énergétique. Comptant près de 40 000 employés représentant 130 nationalités dans plus de 80 pays, la société aide ses clients à maximiser la valeur tout au long du cycle de vie du réservoir, de la localisation des hydrocarbures à la gestion des données géologiques, en passant par le forage et l’évaluation de la formation, la construction et la complétion de puits, ainsi que l’optimisation de la production tout au long de la durée de vie de l’actif. Rendez-vous sur le site Web de la société à l’adresse : www.halliburton.com. Rejoignez Halliburton sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram et YouTube.

À propos d’Optime Subsea

Créée en 2015, Optime est un fournisseur technologique innovant, leader mondial dans le domaine des systèmes d’intervention et de contrôle sous-marins. Basée à Notodden, en Norvège, et possédant des bureaux internationaux à Houston, dans l’État du Texas aux États-Unis, la société fournit des services et des systèmes entièrement intégrés, qui disposent de toutes les capacités nécessaires pour optimiser les interventions sur puits sous-marins et les opérations de complétion. Dans ce segment d’activité, ses capacités lui permettent d’offrir des solutions rapidement commercialisables qui réduisent davantage les coûts et les dimensions, tout en améliorant l’efficience opérationnelle et en simplifiant les opérations sous-marines (www.optimesubsea.com).

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Lire la Suite de l'Article